jeudi 28 janvier 2016

Une cape pour ma femme (Première partie)

Les vêtements féminins sont propices à toutes les fantaisies sans que cela soit choquant. Mettez des manches bouffantes ou une basque évasée à un vêtement masculin et tout le monde se répandra en commentaires. Il arrive que les originalités portées par les femmes ne soient pas pratiques. C’est le cas des manches kimono qui étaient tellement à la mode l’été 2015 et qu’on a vu aussi en 2014. Quand vous avez une manche aussi large, avec quelle pièce peut-on la couvrir pour l’extérieur ? La veste et le manteau n’ont pas la bonne coupe pour enfiler ces manches : soit ça fait « paquet », soit elles sont toutes chiffonnées. On peut toujours choisir un tricot, un châle, une étole, etc.
A sa demande, tous les visages seront floutés
C’est alors que nous nous sommes penchés sur les capes habillées. Au cours de nos recherches sur internet, dans les livres d’histoire du costume et dans les magazines, nous en avons trouvées qui étaient aussi habillées qu’un manteau, avec parfois les mêmes caractéristiques : boutonnages, poches, découpes au niveau des panneaux, etc. J’ai déjà fait des capes, la forme ronde qu’on appelle « une rotonde », genre celle de Zorro, mais je n’en ai jamais fait qui soit plus proche d’un manteau. Alors je saute sur l’occasion et je profite des weekends, entre un costume et un manteau masculin, pour étudier le sujet.

Avant de commencer, ma femme s’est posée beaucoup de questions : « est-ce que ça va m’aller ? », « dans quel tissu la faire ? », « quelle couleur choisir ? », « vais-je oser la porter ? »… Ce fut l’objet de nombreuses discussions. Pour l’homme que je suis, une solution : essayages en magasins. Heureusement, c’était la bonne saison et nous avons trouvé des capes dans de rares enseignes, avouons-le !

Les essayages ont permis de répondre aux inquiétudes et d’anticiper certains problèmes. D’abord ce que ma femme voulait et ce qu’elle n'aimait pas : trop d’ampleur la rapetissait et n’était pas pratique ; un col trop haut ne convenait pas à sa morphologie ; le passage des bras devait rester libre pour ne pas gêner les mouvements. Elle a surtout aimé le double boutonnage, les poches sur les côtés pour pouvoir mettre ses mains et une capuche (amovible) pour se protéger les oreilles du froid et du vent. Pour la matière, quelque chose de chic, en laine mélangée et d’un toucher agréable. Pour la couleur, nous en avons marre du noir, trop facile et qui n’avantage pas du tout, d’autant qu’il nous rend invisible en hiver quand on traverse une route ! Elle a essayé des gris, des marrons, des beiges, des prunes, du marine. Rien n’est mieux ressorti que le rouge et c'est finalement plus facile à assortir à sa garde-robe, . Mais attention, pas le rouge vermillon du Petit Chaperon Rouge ; un rouge bordeaux, profond et tellement élégant. Comme par hasard, c’est ma couleur préférée en ce moment.
Une partie des séances de shopping. Essayer est une façon de découvrir un nouveau vêtement.
Après ces séances shopping, nouvelles recherches de modèles proches de ses attentes. Elle a trouvé ces photos sur un site de vente. C'est le modèle qui se rapproche le plus de ce que ma femme aimerait. Loin de moi l’idée d’une copie ! Je ne m’en sers pour expliquer ce que je vais faire. Bien sûr, puisque c'est ce qui lui plaît le plus, je garde le double boutonnage. Les autres modifications sont indiquées sur la photo.
Explications du modèle à partir d'une photo trouvée sur le net
Une fois le modèle déterminé, je créé mon patron en prenant soin de respecter tous les points. A l’essayage, la cape en elle-même est satisfaisante en longueur et en ampleur. Je peux placer les poches et simuler le boutonnage. 
Prototype de la cape
Par contre la capuche ne convient pas du tout. Elle manque de profondeur et de hauteur. Ma base est une capuche pour un manteau. Je décide donc de la refaire après avoir pris notes des commentaires de ma dame.
Premier prototype de la capuche. Elle est bien, mais pas pour ce modèle.
Le deuxième jet de la capuche est réussi. On a le volume désiré et elle n’a plus le nez qui dépasse sur le profil ! ;) Je valide donc mon patron et je détermine le métrage. 
Deuxième prototype de la capuche. Dans cette couleur blanche, elle a quelque chose d’inquiétant, n'est-ce pas?
Reste à trouver 3 mètres de lainage rouge et sa doublure assortie. A suivre.