samedi 26 septembre 2015

Le pantalon de Jean-Marie

Comme promis dans l’article précédent, voici un cas intéressant que j’ai eu la chance de traiter.
Avec l'aimable autorisation de Jean-Marie
Jean-Marie a bien voulu se prêter au jeu, aussi est-il la star de cet article. Merci Monsieur.

Tout le monde n’a pas la chance d’être bien fait. Certains naissent avec un handicap et des malformations. Pourtant eux aussi ont le désir d’être bien habillé, surtout quand ils exercent une fonction de représentation. Jean-Marie est un membre actif dans son association et il est très bien placé pour comprendre les difficultés de ses pairs. Pour moi, même si c’était pour son seul plaisir, il est tout naturel qu’il soit bien habillé et qu’il se sente à l’aise dans ses vêtements.

Une morphologie très particulière
Sa morphologie ne lui permet pas de se vêtir facilement en prêt-à-porter. Né avec un pied bot à gauche, ce retraité a maintenant la  hanche gauche bloquée et les jambes arquées. Conséquence mécanique, son mollet droit est très saillant. Un vrai défi de patronage pour moi ; plus c’est compliqué, plus j’aime. C’est donc avec plaisir que j’ai répondu à sa demande de création de pantalon. Je me fais donc tailleur pour l’occasion. Merci à mes maîtres, morts et vivants !

Comparaison entre la construction de base sur mesures et le patron d'une jambe modifiée après le premier essayage.
Excusez le mauvais rendu des images. Je les ai retravaillées, mais je n'ai pas encore la bonne astuce. Je ne peux pas les scanner de toute façon!
Après avoir discuté des modèles, je me lance donc dans le patronage d’un pantalon à poches cavalières, façon jean. Comme constaté lors de la prise de mesures et sur un pantalon réalisé par un autre tailleur aujourd’hui retraité, je suis obligé de travailler les deux jambes séparément. Je fais donc une construction classique à partir des mesures prises sur Jean-Marie . A cette étape, le patron a peu de différences : la jambe gauche est plus mince que la droite. C’est sur cette base que je construis mon prototype, histoire de garder le contrôle sur les aplombs.

Essayage du prototype et corrections envisagées
Lors de l’essayage de la toile, j’ai surtout corrigé les problèmes inhérents à la jambe gauche. Sur la photo, les plis sur la jambe droite marquent sa forme arquée. Je corrige bien évidement les deux jambes sur mon patron. J’obtiens ainsi deux jambes vraiment différentes, avec une forme inhabituelle. Je peux maintenant oser la coupe et la réalisation du modèle.
Essayage du modèle dans le tissu choisi
L’essayage suivant est presque une réussite. Les deux jambes tombent bien, leur aplomb est respecté, et Jean-Marie se sent bien dans son pantalon. Petit bémol, il y a encore un vilain pli qui se forme sur le devant de la cuisse gauche. Après avoir réfléchi sur la nature du problème, je sors vite ma machine à coudre et je corrige ça sur le champ en redonnant un peu de matière (je prévois toujours des surplus de couture suffisants pour ça). Je remarque au passage que Jean-Marie a tendance à beaucoup remonter son pantalon, plus que ce qui est prévu, surtout sur la hanche gauche.
Dernier essayage_Le pantalon est fini
Jean-Marie se tient mal parce qu'il souffre :-(
Pour le dernier essayage, celui de la livraison, j’ai corrigé le défaut qui existait encore, j’ai anticipé le « tic » de Jean-Marie en ajoutant 1 cm à la ceinture côté gauche et j’ai ourlé suivant les repères pris précédemment. Le résultat nous satisfait, même si les photos ne le montrent pas forcément. Il est vrai que Jean-Marie souffrait un peu ce jour-là, tant qu’il ne se tenait pas comme d’habitude. Et bien sûr, Jean-Marie avait beaucoup remonté son pantalon pour la photo, si bien qu’on a l’impression qu’il manque 2 cm à l’ourlet ! Je sais d’expérience qu’un vêtement trouve toujours sa place au cours de la journée, mais s’il le faut vraiment, je le rallongerai, c’est évident.

Après ce pantalon, Jean-Marie m’a commandé un pantalon rayé à poches italiennes. C’est là que nous verrons si j’ai vraiment bien relevé le défi ! A suivre donc.