dimanche 26 avril 2015

Mon demi –haut-de-forme

Ma tenue néo-victorienne steampunk ne serait pas complète sans un chapeau. Tous les chapeaux ne me vont pas bien ; j’ai une petite tête et un visage plutôt long. En général, je porte bien les chapeaux à large bord, ce qui n’est pas très victorien, à moins de se situer dans le « weird west ». Même si j’adore le côté baroque de celui du chapelier fou (Alice au pays des merveilles), le haut-de-forme n’est pas pour moi. Je dois donc m’inventer un chapeau.
 
Ce personnage n'est plus à présenter
A la suite de mes recherches, j’ai découvert les demi-haut-de-forme, appelés « deadman top hat », « low top hat » ou « coachman top hat ». J’en ai épinglé quelques-uns sur un tableau secret dans Pinterest. C’est un chapeau assez répandu dans les années 1830. Alors je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer de m’en faire un après tout? Peut-être que ça m'ira».
Quelques résultats de mes recherches


Les calculs
Pour commencer, recherches internet tous azimuts sur la manière de faire un chapeau. On trouve de nombreux tutoriels bien documentés assez facilement. Pour travailler des volumes que je ne connaissais pas, j’ai fabriqué une maquette à l’échelle 1/10e, en faisant un haut-de-forme normal, pour comprendre comment ça se passe, avant d’y apporter ma touche de fantaisie. Et oui ! J’ai dû revoir certaines formules de géométrie, comme le périmètre d’un ovale pour respecter mon tour de tête par exemple. Le plus dur est toujours d’estimer les proportions.

La maquette retenue
Une fois sûr de ma maquette, j’ai tracé mon patron à échelle réelle. J’ai également choisi mon tissu et surtout ce qui allait lui donner sa rigidité, la toile thermocollante.
L'envers du chapeau laisse apparaître la toile thermocollante
Si la coupe n’avait rien d’extraordinaire, le montage s’est révélé plus difficile, à cause de la forme. J’enseigne à mes élèves qu’il faut toujours réfléchir à l’ordre des opérations ; c’était d’autant plus nécessaire dans ce cas. Après avoir fini le chapeau, je l’essaye. J’étais un peu déçu : le chapeau rendait pas mal, mais il ne m’allait pas. Si le tour de tête était bon (je m’en étais assuré au cours du montage), le chapeau était trop haut et le bord trop large !
 
En cours de montage. Fini, l'intérieur sera doublé.

Qu’à cela ne tienne, je recommence. J’ai tout démonté, j’ai diminué la hauteur, j’ai recalculé le périmètre de l’ovale du fond, j’ai réduit la largeur du bord. Le résultat est là : un chapeau qui me va très bien et qui correspond à ce que je voulais. Tel quel, il est néo-victorien. Maintenant, il me reste à l’orner pour le rendre steampunk et à donner une forme aux bords.
 
Le chapeau terminé


Je suis content d’avoir créé ce chapeau ; il va servir de base à mon idée avec mécanique. Je vais inaugurer ce « premier jet » au pique-nique victorien d’Amiens, le 3 mai. Les photos dans un prochain article.

Et pour aller avec, je me suis fait un sac!