dimanche 15 février 2015

Ma redingote (Troisième partie)

De la toile au vêtement
Vous souvenez-vous de mon projet de redingote ? Je vous ai parlé du début de cette création en janvier  (cf première et deuxième parties).
Voici la suite. La réalisation prend forme et le corps du vêtement est réalisé.

Entoilage terminé

Entoilage du corps de la redingote
Cela m’a coûté du temps et de la patience, mais j’en suis venu à bout. Après 35h passées à fixer les toiles à la main, sans que cela se voit sur l’endroit (opération de « glaçage »), je vais pouvoir passer à la confection proprement dite. Mon secret de patience pour des opérations aussi longues ? : musique et vidéo. Ça aide à ne pas changer de technique en cours de route et à garder le rythme ! Même ainsi, on est content d’avoir fini ;)

Dans l’ordre des choses

Poche passepoilée avec rabat
Quand on fait un vêtement, on réfléchit sans cesse et par-dessus tout, on réfléchit avant de faire. L’ordre de montage a bien évidement une importance capitale pour ne pas être gêné pendant la fabrication. Par exemple, il ne me sert à rien de confectionner le col si je n’ai pas assemblé les épaules. Parfois, je bouscule un peu la logique parce que c’est plus facile de faire tel ou tel montage avant tel ou tel autre. La raison est purement pratique : le poids du vêtement, les parties fermées (comme les manches par exemples), les épaisseurs de tissus, etc.

Pour ce vêtement, j’ai construit le corps en plusieurs fois. D’abord, j’ai assemblé le dos et le devant séparément. Ensuite j’ai piqué les poches fendues. Le devant est plus facile à manipuler s’il n’est pas attaché au dos. J’ai gagné ainsi en précision pour fabriquer ces poches passepoilées à rabat.

Le corps de la redingote est quasiment terminé
Les poches terminées, j’ai assemblé dos et devant pour terminer le corps. J’ai fabriqué mon col et terminé les devants avec le parement. Tadam ! : le corps de la veste est terminé. La redingote prend forme et je n’ai pas manqué de l’essayer au fur et à mesure pour vérifier la progression du bien-aller pendant la fabrication. Le prototype n’était qu’un drap de coton (avec un « joli imprimé » :D) ; le velours entoilé est bien plus épais, ce qui justifie quelques ajustements !


La suite des opérations ? Les manches et la doublure bien sûr ! A suivre…