vendredi 3 octobre 2014

Un serre-taille dans un pantalon 1

Que faire d’un pantalon dont je n’ai pas l’usage ? Et si j’en faisais quelque chose de complètement différent, comme un corset ou un serre-taille ? Est-ce qu’avec quelques connaissances techniques, de l’imagination et beaucoup de patience je pourrais relever ce défi ?
Un pantalon comme source de matière première


On a souvent des vêtements qui traînent au fond de l’armoire parce qu’ils ne nous vont plus, parce que nous les avons trop mis ou trop vus, parce qu'on ne sait pas comment les porter. Pour ce nouveau projet, mon souci est tout autre. Il s’agit de vêtements féminins qu’on m’a donnés. Par chance le pantalon et la tunique ont des couleurs coordonnées. Voici donc de la matière pour un projet original.

Pantalon et chemise coordonnés
Pendant la deuxième guerre mondiale, la France occupée a connu le rationnement et la pénurie vestimentaire. Certains magasines proposaient aux femmes de transformer leurs vêtements et surtout ceux des hommes absents, qu’ils soient au front, prisonniers ou disparus. Fort heureusement, nous ne connaissons pas cette situation ; c’est même plutôt l’inverse. Nous sommes submergés par la surconsommation de textiles issue de la mode. Car la mode est une obsolescence programmée par définition. Elle déclare périmé un vêtement avant même qu’il ne soit hors d’usage. Je comprends le point de vue des industriels pour avoir travaillé pour eux. Je comprends aussi le point de vue des consommateurs pour en faire partie. Et je suis tout l’opposé d’une fashionista compulsive! A chacun son truc, moi je suis "timeless fashion".


Le pantalon présente des zones intéressantes
J’ai fait le rapprochement entre la situation de pénurie et la surabondance, et je me suis dit que les vêtements dont nous disposons peuvent être transformés. D’où mon intérêt pour ce pantalon qui présente des parties originales. En les regardant comme avec un cadre, je pourrais m’en servir pour faire un serre-taille, la quantité de matière autorisant peu de choses. Je fais donc mon patron pour une taille 44 fançaise, choix qui peut sembler arbitraire mais cette taille est plus courante qu’on ne pense.


Pour doubler et couper du biais
Muni du patron, je le balade sur le pantalon et je repère les zones intéressantes, allant jusqu’à les retourner ou à les prendre à contresens. Par contre je veille à respecter le droit-fil. Un serre-taille doit serrer la taille par définition ; comme le corset, c’est un vêtement réducteur même si c’est de peu. J’évite donc soigneusement de prévoir de couper dans le biais. Puisque d’emblée je vais manquer de matière, j’envisage de me servir de la chemise assortie pour la doublure et les biais de finition.

Mis bout à bout, j'ai réalisé 3.9 mètres de biais en largeur 3cm !

Les pièces en coutil m'ont aidé à couper le modèle


La matière du pantalon est assez souple. Je coupe donc aussi une triplure dans du coutil, un tissage serré en coton, comme le pantalon, qui apportera tenue et solidité.


Et c’est parti ! Je coupe, j’assemble et ...
je vous propose la suite dans un prochain article.